You are here

Protection fongicide en betteraves

Surface de betteraves

La surface de betteraves varie, en Belgique, entre 50.000 ha et 60.000 ha.  

Rendement moyen

Le rendement des betteraves est d'environ 85T/ha (16-18% de sucres), en fonction des années.

Pertes de rendement

Les pertes de rendement liées à la cercosporiose peuvent atteindre plus de 20% si la parcelle n’est pas protégée. 

Comment les maladies influencent-elles le potentiel de rendement de la culture ?

Le développement des différentes maladies de la betterave induit irrémédiablement une diminution du rendement et de la richesse de la betterave. Cela s’explique par différents facteurs. Tout d’abord, la diminution de la surface photosynthétique des feuilles due à l’augmentation des tâches nécrotiques explique une part importante de l’impact sur le rendement. Ensuite, la plante peut réagir à la perte de ses feuilles en en formant de nouvelles. Cela implique des pertes supplémentaires de rendement, parfois plus importantes que les tâches nécrotiques elles-mêmes. Enfin, la qualité industrielle de betteraves peut également être altérée. En effet, le transport de nutriments et d’impuretés (acides aminés, Na, K) de la racine vers la feuille est perturbé par les infections fongiques.

Quelles mesures agronomiques pour diminuer la pression des maladies ?

  • Une alternance d’au moins 3 ans entre deux cultures de betteraves. Les spores de cercospriose et de ramulariose survivent en effet au moins 3 ans dans le sol.
  • Si possible, évacuer les déchets après chargement des tas vers les sucreries. La photo ci-dessous présente l’emplacement d’un tas l’année précédant la culture
  • Le labour peut limiter le développement précoce des champignons, qui ne trouvent pas qui ne trouve pas de plante hôte et ne peuvent survivre.  Il est donc à privilégier par rapport au non-labour.
  • Privilégier des variétés plus tolérantes en cas de risques élevés.  
  • Eviter les excès d’...

Quelles mesures agronomiques pour diminuer la pression des maladies ?

  • Une alternance d’au moins 3 ans entre deux cultures de betteraves. Les spores de cercospriose et de ramulariose survivent en effet au moins 3 ans dans le sol.
  • Si possible, évacuer les déchets après chargement des tas vers les sucreries. La photo ci-dessous présente l’emplacement d’un tas l’année précédant la culture
  • Le labour peut limiter le développement précoce des champignons, qui ne trouvent pas qui ne trouve pas de plante hôte et ne peuvent survivre.  Il est donc à privilégier par rapport au non-labour.
  • Privilégier des variétés plus tolérantes en cas de risques élevés.  
  • Eviter les excès d’...

Quelles mesures agronomiques pour diminuer la pression des maladies ?

  • Une alternance d’au moins 3 ans entre deux cultures de betteraves. Les spores de cercospriose et de ramulariose survivent en effet au moins 3 ans dans le sol.
  • Si possible, évacuer les déchets après chargement des tas vers les sucreries. La photo ci-dessous présente l’emplacement d’un tas l’année précédant la culture.
  • Le labour peut limiter le développement précoce des champignons, qui ne trouvent pas qui ne trouve pas de plante hôte et ne peuvent survivre.  Il est donc à privilégier par rapport au non-labour.
  • Privilégier des variétés plus tolérantes en cas de risques élevés.  
  • Éviter les excès d’engrais azotés.

 

Comment gérer la résistance aux fongicides en betteraves ?

Dans le cadre de la gestion de la résistance, nous recommandons de :

  • Appliquer les produits à temps (préventivement). Eviter les applications curatives.
  • Respecter l'intervalle entre les traitements
  • Alterner les matières actives (FRAC)
  • Assurer la rotation des cultures la plus longue possible. Le champignon peut en effet rester sur les débris végétaux ou la matière organique pendant au moins 3 ans.

Enfouir les résidus de la culture après la récolte de betteraves

Comment gérer la résistance aux fongicides en betteraves ?

Dans le cadre de la gestion de la résistance, nous recommandons de :

  • Appliquer les produits à temps (préventivement). Eviter les applications curatives.
  • Respecter l'intervalle entre les traitements
  • Alterner les matières actives (FRAC)
  • Assurer la rotation des cultures la plus longue possible. Le champignon peut en effet rester sur les débris végétaux ou la matière organique pendant au moins 3 ans.

Enfouir les résidus de la culture après la récolte de betteraves

Quels sont les seuils de traitement contre les différentes maladies ?

Les seuils d’intervention pour le premier traitement contre les maladies en betteraves sont relativement bas car ils doivent être appliqués de manière préventive. De plus, la cercosporiose, par exemple, est une maladie qui peut s’étendre très vite dans une parcelle et causer des dégâts importants.

Une observation régulière des parcelles est conseillée pour mesurer l’infection. Quand un seuil d’intervention est franchi (voir ci-dessous), le premier traitement est vivement recommandé.

Un deuxième traitement peut être conseillé à partir de 3 semaines après la première intervention. Des avis de traitement régulièrement actualisés sont donnés par l’IRBAB. 

Les conditions climatiques de la saison en cours ont un impact important sur le développement des différents pathogènes.

La cercosporiose est favorisée par du temps chaud (25-30°C), de la pluie/humidité et une hygrométrie élevée.

La ramulariose est favorisée par l’humidité et la fraicheur (optimum de 17 °C)

La rouille se développe idéalement lors de périodes humides et par températures comprises entre 15 et 22 °C.

L’oïdium quant à lui préfère du temps sec, des nuits fraîches avec de la rosée et des températures de 20-25°C en journée.