Contrôle les insectes en betteraves sucrières

Insectenbestrijding in suikerbieten

Lutte contre les insectes en betteraves sucrières

Surface de betteraves

La surface de betteraves varie, en Belgique, entre 50.000 ha et 60.000 ha.  

Nuisibilité de la jaunisse nanisante

Une perte de rendement d’environ 30% est observé dans les ronds de jaunisse. Une parcelle affectée à 20% subira 6T/ha de perte de rendement racine.

Seuil d’intervention

Le seuil d’intervention pour les pucerons est très bas afin d’éviter le développement de la jaunisse : 2 pucerons verts aptères pour 10 plantes  

Différents nuisibles peuvent être combattus par voie foliaire. Outre les pucerons vecteurs du virus de la jaunisse, des dégâts peuvent être occasionnés en début de végétation par les atomaires et les altises, de même qu’ultérieurement par la mouche de la betterave et les noctuelles défoliatrices. En fonction de la présence des insectes et des avis de traitement, une intervention avec un produit adapté peut se justifier.

Intervenir à temps contre ces insectes est essentiel pour préserver le rendement.

De nombreux autres ravageurs peuvent infecter les betteraves, comme les ravageurs souterrains : taupins, collemboles, scutigérelles et des blaniules.

Les principaux nuisibles foliaires des betteraves en Belgique

En betteraves, les dégâts des pucerons sont surtout indirects. Ils transmettent en effet le virus de la jaunisse nanisante, responsable de pertes importantes de rendement racine et sucre.

Les pucerons verts du pêcher (Myzus persicae)

Mesurant 1.5 à 2.5 mm, ce puceron est vert clair à jaunâtre et de forme ovale. Il se rencontre sur un grand nombre de cultures (colza, légumes, pêcher…).

C’est le principal vecteur de la jaunisse nanisante.

Les dégâts de succion - feuilles à l’aspect ridé - en cas de pression très élevée est peu fréquent en Belgique.

Facteurs favorables

Un hiver doux accroit les risques de pression importante au printemps. Une température élevée (20-25 °C) entrainera, par la suite, le développement rapide de ce ravageur.

Prévention & lutte

Des observations régulières doivent être réalisées afin de pouvoir traiter à temps, en fonction des seuils préconisés par les avertissements de l’IRBAB.

Les pucerons noirs de la fève (Aphis fabae)

Mesurant 1.6 à 2.6 mm, ce puceron est noir et de forme ovale. Il se rencontre sur un grand nombre de cultures (colza, légumes, pêcher…). C’est un des pucerons les plus polyphages.

Les pucerons noirs sont de moins bons vecteurs de la jaunisse virale.

Ils peuvent également entrainer des dégâts directs par piqure-succion aux betteraves : feuilles recroquevillées, voire dépérissement en cas d’attaques importante.

Facteurs favorables

Un hiver doux accroit les risques de pression importante au printemps. Une température relativement élevée (20-25 °C) entrainera, par la suite, le développement rapide de ce ravageur. Une température trop élevée (>28°C) le ralentira.

Prévention & lutte

Traitement de semences ou traitements foliaires.

Les altises (Chaetocnema tibialis)

Description & dégâts

Ce coléoptère bleu métallique de 2.5 mm provoquent des trous (1 à 2mm) dans les cotylédons et les premières vraies feuilles pouvant aller jusqu’à la destruction des cotylédons.

Facteurs favorables

Un temps chaud et sec favorise les dégâts. La proximité de parcelles de lin, de pois ou d’une haie peut augmenter la pression de ce ravageur.

Prévention & lutte

Le traitement de semence permet de limiter l’impact des altises. Un traitement foliaire ciblé peut être envisagé. Éviter les rotations courtes.

Les noctuelles défoliatrices (Spodoptera exigua)

Description & dégâts

Ces chenilles, qui sont les larves d’un papillon nocturne, mesurent 3 à 4 cm et sont de couleur vert clair. Elles rongent principalement les feuilles et les tiges. Elles peuvent également infecter d’autres cultures.

Facteurs favorables

Ce sont les larves de 2ème génération qui sont les plus préjudiciables aux cultures. Une humidité élevée au printemps corrélée à des températures élevées augmente les risques de dégâts.

Prévention & lutte

Un traitement à base de Karate Zeon peut être envisagé en cas de population importante. Ce passage est justifié si de faibles dégâts sont observés sur la plupart des plantes ou si des dégâts importants sont observés sur la moitié des plantes.

Les mouches de la betterave ou pégomyie (Pegomyia betae)

Les larves de 1ʳᵉ génération (7-8 mm) sont blanches à jaunes et creusent des galeries blanchâtres dans les feuilles. Cela peut provoquer la mort des jeunes plantules. Les attaques plus tardives sont moins nuisibles du fait du développement plus avancé des betteraves.

Prévention et lutte

Un traitement foliaire est rarement justifié. Uniquement que si 10% des plantes présentent une larve ou plus.