Le mildiou évolue sans cesse

Aardappel

Les derniers résultats du suivi des souches de mildiou de 2021, publiés récemment par Euroblight, nous le démontre encore.

La souche 36 A2 est maintenant plus que dominante dans notre pays. Elle se caractérise par : une période de latence et des cycles bien plus courts (5 jours !), une production de spores supérieure et une croissance des tâches foliaires accélérée. Ces caractéristiques lui confèrent une capacité de développement sur la plante et de propagation dans l’environnement très élevée.

De nouveaux clones venant des pays nordiques apparaissent aussi dans notre pays : 41_A2, 43_A2 et 44_A1. Ces nouvelles souches ont tendance à prendre la place des souches « historiques » (1_A1, 6_A1, 13_A2).

Les résultats d’Euroblight montrent également qu’aucune diminution de sensibilité n’est observée pour le mandipromapid (matière active de la famille Revus), tant pour les anciennes que les nouvelles souches. 

Comme on peut le voir, les souches en constante évolution années après années.

Comment prévenir les résistances aux fongicides en ce début de saison ?

  • Commencer tôt et protéger les jeunes pousses foliaires en continu, même quand le risque climatique est faible. La protection par étages successifs est la plus sécurisante
  • Utiliser des produits puissants dès le début, la suite de la protection en sera facilitée
  • Pour une protection maximale, les produits à base de mandi s’appliqueront 2 à 3 fois successivement, avant de faire place à d’autres modes d’action.

Pourquoi investir aussi tôt dans un puissant préventif ?

  • Attendre que le bouquet foliaire soit très développé avant d’appliquer le premier fongicide, ne permettra jamais d’atteindre les étages inférieurs
  • Rien de plus handicapant qu’une culture devant se défendre contre un mildiou qui s’y installe : les plantes subissent un stress et dépense beaucoup d’énergie pour survivre. Souvent les dégâts dépassent largement la perte de surface foliaire constatée.
  • Devoir arrêter le mildiou quand il est installé dans la parcelle amène toujours en finale à une surconsommation de produits

Un relâchement de la protection fongicide ne peut s’envisager que sur une végétation stabilisée et à condition que le climat soit défavorable au mildiou.