La lutte contre le mildiou

Pertes de rendements

Jusqu’à 100% de la récolte peut être perdue à cause du mildiou.

Traitements

10 à 14 traitements par an sont nécessaires pour lutter contre le mildiou.

Souches

Plus de 40 souches différentes détectées en Europe au cours de 20 dernières années.

La lutte contre le mildiou

Le succès de la culture des pommes de terre dépend presque entièrement du contrôle des maladies. Le mildiou est une maladie qui fait l’objet de recherches depuis des décennies. De nombreux progrès notables ont déjà été enregistrés : applications, connaissance de la maladie, développement de fongicides efficaces…

Combattre le mildiou

Phytophthora est la maladie de la pomme de terre la plus connue et la plus dommageable. Un véritable fléau pour tous les producteurs. En quelques jours, cette maladie fongique peut se propager considérablement dans un champ de pommes de terre. En outre, les spores peuvent aussi affecter les tubercules.  La conséquence? Pertes de rendement et de qualité. 

Ces dernières années, le pathogène Phytophthora est devenu plus agressif. Cela permet au champignon de se développer plus rapidement. Syngenta dispose d'une large gamme de produits pour prévenir Phytophthora : Revus, Amphore Flex, Pergovi Flex, Regulance Flex, ainsi que Carial Star...

Combattre le mildiou

Phytophthora est la maladie de la pomme de terre la plus connue et la plus dommageable. Un véritable fléau pour tous les producteurs. En quelques jours, cette maladie fongique peut se propager considérablement dans un champ de pommes de terre. En outre, les spores peuvent aussi affecter les tubercules.  La conséquence? Pertes de rendement et de qualité. 

Ces dernières années, le pathogène Phytophthora est devenu plus agressif. Cela permet au champignon de se développer plus rapidement. Syngenta dispose d'une large gamme de produits pour prévenir Phytophthora : Revus, Amphore Flex, Pergovi Flex, Regulance Flex, ainsi que Carial Star...

Nouvelles souches plus agressives

Depuis quelques années, deux nouvelles souches de Phytophthora ont pris le relais des anciennes souches. Ces souches, appelées Yellow 36 et Dark Green 37, présentent une agressivité bien plus importante. Les raisons sont: 
             - Leur développement possible dans une large plage de température
             - Une sporulation bien plus importante
             - Des cycles de reproduction plus rapides
             - Le contournement du mode d’action de certains fongicides

Elles se développent donc plus facilement et plus rapidement, et sont également plus susceptibles de s’adapter aux conditions. Ces dernières années, même lors des saisons sèches, la proportion de ces souches agressives a fortement augmenté. 

Afin de ne pas prendre de risques inutiles avec ces souches plus agressives, les doses maximales indiquées sur les étiquettes de tous les fongicides doivent être respectées. Un intervalle plus court que 7 jours peut également s’avérer nécessaire, certainement dans des circonstances climatiques propices. 

Notre conseil

Adopter une stratégie de qualité dès le premier traitement (T1)

  1. Commencer par une séquence de 3 traitements à base de Mandipropamid dès le T1 : Revus, Pergovi Flex, Amphore Flex ou Regulance Flex
    • Le Mandipropamid offre une action préventive puissante grâce à son action translaminaire  
    • Le Cymoxanil est incontournable en début de culture grâce à sa rétro-action : mildiou latent, écarts de triage, zoospores venant du sol, repousses... Il est présent dans les produits Pergovi Flex, Amphore Flex ou Regulance Flex.
  2. Commencer tôt : attendre trop longtemps ne permet pas d’atteindre les étages foliaires inférieurs
  3. Alterner ensuite avec autre produit pénétrant ou systémique

Débuter par la suite le traitement contre l’alternariose

  1. Commencer tôt, à la mi-juillet au plus tard : la lutte contre cette maladie n’est efficace que si elle réalisée préventivement  
  2. Opter pour la solution 2-en-1 contre le mildiou et l’alternariose : Carial Star, Amphore Plus et Revus Top. 
    • Double protection persistante et facile d’emploi
    • Dose élevée de l’anti-Alternaria
    • Choix économique
  3. En alternance avec d’autres matières actives, comme l’Amistar
  4. Traiter contre l’alternariose jusqu’à deux semaines avant le défanage

Revus

Une véritable « succes story »