You are here

Santé des cultures de pomme de terre

Nématodes

Nématodes à kystes de la pomme de terre
Ces nématodes existent sous plusieurs formes : blancs (Globodera Pallida) et jaunes (Globodera Rostochiensis). Étant donné qu’il n’existe pas de variétés résistantes ou tolérantes à cette plaie, les dégâts occasionnés dans les parcelles de pommes de terre de consommation peuvent être considérables. Si vous soupçonnez un foyer de contamination, procédez à un prélèvement et à une analyse de l’échantillon. Si la contamination constatée est moyenne à grave, utilisez un produit puissant de lutte contre les nématodes.

Autres nématodes
Les nématodes libres des racines (Trichodorus/Paratrichodorus) et les nématodes des nodosités des racines (Meloidogyne) causent de plus en plus de dégâts et se propagent relativement vite. Notamment le nématode des nodosités des racines du maïs (M. chitwoodi) demande une attention particulière en Belgique.

Les granulés ne permettent pas d’éradiquer totalement cette plaie. Les vers ronds sont pour cela trop mobiles dans le sous-sol. Les granulés peuvent cependant limiter les dommages. Il convient pour cela de combattre les nématodes à proximité de la pomme de terre. Le résultat ? Une production de pommes de terre sans restriction et des dommages apparents sur les tubercules moins nombreux.

Taupins
Ce sont des larves d’une sorte de coléoptère. Celles-ci survivent 4 à 5 ans dans le sol et causent surtout des dégâts à partir de la deuxième année se manifestant par des trous et des galeries dans les nouveaux tubercules. Des lots entiers peuvent ainsi être refusés pour la transformation ou la commercialisation. Les granulés ne permettent pas d’éviter totalement cet insecte mais les dommages peuvent être limités en combinaison avec une bonne lutte contre les coléoptères adultes.

Pucerons et feuilles roulées

Pucerons
Les dommages causés par les pucerons se traduisent par une perte de rendement et de qualité des pommes de terre de consommation. Et cela vous coûte de l’argent !! Les pucerons les plus courants sont le puceron vert du pêcher (Myzus persicae) et le puceron vert et rose de la pomme de terre (Macrosiphum euphorbiae). Mais également les pucerons du nerprun (Aphis nasturtii et Aphis frangulae) peuvent causer des ravages.

Ces problèmes sont notamment dus à la résistance de ces insectes (surtout l’Aphis frangulae) à un grand nombre de produits.

Feuilles roulées
Cette maladie est causée par une toxine de la souche rose du puceron vert et rose de la pomme de terre (Macrosiphum euphorbiae). Cet insecte passe l’hiver sur le rosier et contamine la culture de pomme de terre au printemps, en piquant la feuille ce qui la fait s'enrouler.

Ce sont surtout les feuilles du haut de la plante qui présentent les symptômes de cette maladie : elles se recourbent vers le haut. Cet enroulement est parfois accompagné d’une coloration allant du bleu au violet foncé. Ces symptômes ne deviennent souvent apparents qu’en juillet. Si la contamination est grave, toute la feuille dépérit.